PNASS 2023/24 Jury

  • Richard Hunt

    2023/24

    “Richard Hunt est né à Alert Bay, en Colombie-Britannique, en 1951, mais a vécu la majeure partie de sa vie à Victoria. Il a commencé à sculpter avec son père, Henry Hunt, à l’âge de treize ans. Il a terminé ses études secondaires au lycée Victoria en 1971. En 1973, Richard a commencé à travailler au Musée royal de la Colombie-Britannique en tant qu’apprenti sculpteur sous la direction de son père, Henry Hunt. L’année suivante, il a assumé les fonctions de sculpteur en chef du programme de sculpture de Thunderbird Park. Il est resté au musée à ce titre pendant douze ans. En 1986, Richard a démissionné pour commencer une nouvelle carrière d’artiste indépendant. Richard vient d’une famille d’artistes de renommée internationale, qui comprend son père, Henry Hunt, et son grand-père, Mungo Martin.
    Les œuvres de cet artiste talentueux se trouvent dans les musées et les collections privées du monde entier.
    Richard Hunt a reçu l’Ordre de la Colombie-Britannique « en reconnaissance d’avoir servi avec la plus grande distinction et excellence dans un domaine d’activité au profit des habitants de la province de la Colombie-Britannique et d’ailleurs ». Ce prestigieux programme de prix a été créé en 1990. Richard est le premier artiste autochtone à être ainsi reconnu.
    Richard a reçu le prix le plus prestigieux de sa carrière, l’Ordre du Canada. « L’Ordre a été créé en 1967 pour reconnaître des réalisations exceptionnelles, honorer ceux qui ont rendu des services au Canada, à ceux qui ont rendu des services au Canada, à leurs concitoyens ou à l’humanité en général.
    Richard a reçu la Médaille du jubilé d’or, la création approuvée de Sa Majesté la reine Elizabeth II en l’honneur de son 50e anniversaire de son accession au trône et décernée aux citoyens du Canada « qui ont fait preuve de qualités exceptionnelles et de services exceptionnels envers leur pays ».
    Richard a reçu un doctorat honorifique en beaux-arts de l’Université de Victoria. Ce prix prestigieux a une signification particulière pour Richard car son défunt père, Henry Hunt, a reçu le même diplôme en 1983.
    Le nom indien de Richard Hunt est très approprié, compte tenu de ses réalisations. Gwe-la-yo-gwe-la-gya-les signifie “un homme qui parcourt le monde en donnant”. Par son art et sa danse, Richard Hunt a en effet beaucoup donné au monde.”

  • Pierre-François Ouellette

    2023/24

    Pierre-François Ouellette a inauguré en 2001 une galerie d’art contemporain à Montréal reconnue aujourd’hui pour les propositions novatrices des artistes qu’elle représente. M. Ouellette a été récipiendaire du Marchand de l’année 2011 lors du premier Gala des arts visuels du Québec. Sa galerie a été nommée par Blouin-ArtInfo / Modern Painters parmi les “500 Best Worldwide Galleries” dans leurs guides 2013, 2015 et 2016. M. Ouellette est titulaire d’un baccalauréat en histoire et d’un MBA de l’Université d’Ottawa. Il a été l’adjoint exécutif de la directrice du Musée des beaux-arts du Canada, la Dre Shirley Thomson, de 1988 à 1993, année où il a entrepris des études doctorales en gestion stratégique à HEC Montréal. M. Ouellette a dirigé par la suite l’Association des galeries d’art contemporain avant d’être nommé directeur de l’administration du centre d’art Optica. En 2012, il a créé le Centre Space de Toronto avec Pat Feheley où il a présenté plus de 30 expositions jusqu’en 2017. En 2016, la galerie investit l’historique Graff Building au cœur du Plateau Mont-Royal. M. Ouellette a siégé sur plusieurs conseils d’administration dont l’Association des marchands d’art du Canada, le centre d’information sur l’art Artexte, le centre d’art Axe Neo-7 et a été membre du comité d’acquisition du Musée d’art de Joliette, de la Public Art Comité de la Ville de Montréal, du Comité Arts visuels du Conseil des arts et des lettres du Québec, du Comité Art et archives du RBC Art & Patrimoine du Centre universitaire de santé McGill, du Comité d’acquisition de livres d’artistes de la Bibliothèque et Archives nationales du Québec, la Commission permanente d’art public de Culture Montréal et la Commission canadienne d’examen des exportations de biens culturels.

  • Helga Pakasaar

    2023/24

    Helga Pakasaar est une conservatrice indépendante basée à Vancouver. Elle a été conservatrice en chef Audain à la Polygon Gallery (anciennement Presentation House Gallery) à North Vancouver où, de 2003 à 2022, elle a produit des expositions, des commandes d’art public et des publications axées sur l’art et la photographie contemporains, et leurs histoires. Auparavant, elle a été conservatrice d’art contemporain à la Art Gallery of Windsor et à la Walter Phillips Gallery du Banff Centre. Ses projets de conservation de la dernière décennie comprennent des expositions personnelles avec Derya Akay, Stan Douglas, Lee Friedlander, Dina Goldstein, Susan Hiller, Anna Oppermann, Hannah Rickards, Samuel Roy-Bois, Wael Shawky et Batia Suter. Son intérêt de longue date pour les arts visuels de cette région a également conduit à des expositions et des publications fondées sur la recherche qui ont mis en lumière des aspects méconnus de l’histoire de la photographie et des arts médiatiques en Colombie-Britannique. Parmi les projets indépendants récents à Vancouver, citons des commandes d’art public et des expositions inaugurales pour Griffin Art Projects. Elle a également produit des livres d’artistes et contribué à la rédaction de divers catalogues et magazines. Elle a reçu le Alvin Balkind Curatorial Achievement Award en 2013 et a siégé à de nombreux jurys de prix artistiques.

  • Gaëtane Verna

    2023/24

    Verna est historienne de l’art et administratrice des arts. Elle est la nouvelle directrice exécutive du Wexner Center for the Arts. Auparavant, elle a été directrice et directrice artistique de la Power Plant Contemporary Art Gallery (2012-22), à Toronto, directrice générale et conservatrice en chef du Musée d’art de Joliette (2006-12) et conservatrice de la Galerie d’art Foreman à l’Université Bishop’s, Sherbrooke (1999-2006), tout en enseignant au département d’histoire de l’art de l’Université Bishop’s et de l’Université du Québec à Montréal. Verna est titulaire d’un Diplôme international en administration et conservation du patrimoine de l’Institut National du Patrimoine de Paris et a obtenu un DEA et une maîtrise en histoire de l’art de l’Université Paris IPanthéon-Sorbonne. Verna a des années d’expérience dans la conservation, la publication de catalogues et la présentation d’expositions d’artistes émergents, à mi-carrière et établis. Elle siège au conseil d’administration du Conseil des arts du Canada, de la fondation Holt/Smithson , de la Fondation Sobey pour les arts et du comité consultatif de l’Art Gallery of Ontario’s Arts of Global Africa and the Diaspora. En 2017, elle est nommée Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres par le gouvernement français.

Processus de jury

Le prix national d’art de Salt Spring utilise un processus de sélection en quatre étapes. Les membres du jury sont priés de tenir compte des critères suivants.

Originalité

Fraîcheur d'aspect ou de style; adaptation unique des idées

Créativité

L'utilisation de l'imagination ou des idées originales pour créer une œuvre artistique

Contenu

Inspiration pour une œuvre artistique, compte tenu de la déclaration de l'artiste

Excellence

Qualité de travail; virtuosité de la technique pour que la technique renforce la créativité de l’œuvre

Étape 1

Soumissions examinées pour éligibilité

Chaque inscription sera examinée par les organisateurs pour s’assurer que les conditions d’inscription sont respectées. Les inscriptions qui ne satisfont pas aux conditions d’inscription ne seront pas prises en compte.

Étape 2

Finalistes sélectionnés

Un jury national indépendant de professionnels des arts visuels, représentant un large éventail de domaines d’expertise, sélectionnera environ 50 finalistes parmi les candidatures éligibles, sur la base des images numériques soumises et des déclarations d’artistes.

Aucun nom, adresse ou autre information d’identification des soumissions ne sera divulgué au jury au cours de la deuxième phase du processus de jury.

Lors de la sélection des finalistes, les jurés choisiront des œuvres qui font preuve d’originalité, de créativité et d’excellence technique.

Étape 3

Lauréats sélectionnés

Lors d’une visite in situ de l’exposition, les jurés sélectionneront par consensus le lauréat du prix Salt Spring, le prixJoan McConnell. Chaque juré choisira également un récipiendaire individuel pour un prix du choix du jury.

Les Lauréats des prix du choix du public seront déterminés par un vote du public, en personne et en ligne, pendant l’exposition.

Étape 4

Finalistes et lauréats annoncés

La liste des finalistes ainsi que des images de leurs œuvres seront affichées dans notre galerie en ligne. L’inclusion dans l’exposition est à la discrétion des jurés et leur décision est définitive.

Les lauréats seront annoncés lors de la soirée de gala de clôture qui se tient dans l’historique Mahon Hall le 21 octobre 2023.

Jurés précédents

  • Michelle Jacques

    2021/22

    Michelle Jacques est conservatrice, écrivaine et éducatrice avec plus de 20 ans d’expérience dans les principales galeries publiques canadiennes. Elle a récemment été nommée conservatrice en chef du Remai Modern de Saskatoon. Jacques dirigera l’équipe d’exposition de Remai, menant des travaux dans les collections, la conservation, les expositions, la recherche et les publications. Avant le Remai, Michelle était conservatrice en chef à la Art Gallery of Greater Victoria et a facilité des projets avec les artistes contemporains Rodney Sayers et Emily Luce, Gwen MacGregor, Hiraki Sawa, Charles Campbell et Farheen HaQ, et Carol Sawyer; co-commissariat de grandes rétrospectives du travail d’Anna Banana et de Jock Macdonald; et a développé une série d’installations qui utilisent la collection de l’AGGV pour évoquer des conversations intertemporelles et interculturelles. Avant de déménager vers l’ouest, elle a occupé divers postes dans les départements Contemporain et Canadien du Musée des beaux-arts de l’Ontario, à Toronto. a été directeur de la programmation au Centre for Art Tapes à Halifax; et a enseigné des cours d’écriture, d’histoire de l’art et d’études de conservation au NSCAD.

  • Ydessa Hendeles

    2021/22

    Ydessa Hendeles est une artiste-conservatrice et philanthrope canadienne d’origine allemande. Elle est directrice de la Ydessa Hendeles Art Foundation à Toronto, Canada.

    Ydessa Hendeles occupe une place particulière dans le monde de l’art contemporain en tant que galeriste, conservatrice et artiste, présentant plus de 100 expositions à l’international avant de se concentrer sur ses propres œuvres après ses débuts en solo à la König Galerie de Berlin en 2012. Principales institutions et galeries en Europe, Amérique du Nord , l’Asie et le Moyen-Orient ont montré son travail. À l’été 2017, la Power Plant Contemporary Art Gallery de Toronto a monté The Milliner’s Daughter, la première rétrospective de sa pratique créative, et celle-ci a été remontée avec des œuvres supplémentaires comme Death to Pigs à Kunsthalle de Vienne en 2018.

    Ydessa est diplômée de l’Université de Toronto, de la New School of Art de Toronto et du Toronto Art Therapy Institute. Elle a obtenu un doctorat cum laude de l’École d’analyse culturelle de l’Université d’Amsterdam et est actuellement professeure auxiliaire au Département des beaux-arts de l’Université de Toronto. Partageant son temps entre des studios à Toronto et à New York, elle est représentée par Barbara Edwards Contemporary à Toronto.

  • David Diviney

    2021/22

    David Diviney est le conservateur principal de la Art Gallery of Nova Scotia à K’jipuktuk/Halifax. Ses projets de conservation incluent Jordan Bennett : Ketu’elmita’jik (2018), The Last Art College : Nova Scotia College of Art and Design, 1968-1978 (2016), Eleanor King : Dark Utopian (2015) et Jason de Haan : Noghwhere Bodili is Everywhere Goostly (2014).

    Il a co-organisé la Biennale de Bonavista 2019 : FLOE, une exposition située dans des communautés isolées et des sites historiques le long d’un parcours de 100 kilomètres dans la région rurale de Ktaqmkuk/Terre-Neuve. Il a également fait partie de l’équipe de conservation qui a développé Landmarks/Repères, un réseau pancanadien de projets d’art contemporain commandés mis en scène dans les parcs nationaux du Canada en 2017. En plus de son expérience dans le cadre muséal, il a donné des cours au Collège d’art et de design de l’Alberta, à l’Université de Lethbridge, à l’Université Thompson Rivers et au Sheridan College Institute of Technology and Advanced Learning.

  • Judy Anderson

    2021/22

    Judy Anderson est Nēhiyaw de la Première Nation Gordon, SK, territoire du Traité 4 et professeure agrégée d’art autochtone canadien en studio à l’Université de Calgary. La pratique d’Anderson comprend le perlage, l’installation, le papier fait à la main, la peinture, les pièces tridimensionnelles et les projets collaboratifs. Son travail est profondément personnel et axé sur les questions de spiritualité, de famille, de colonialisme et de conceptualisations de la décolonisation, tout en étant ancré dans les traditions épistémologiques et ontologiques autochtones. Anderson est le fier récipiendaire du Salt Spring National Art Prize et d’un REVEAL: Indigenous Art Award. Elle a eu des résidences au RMIT, Melbourne, Australie, au International Studio and Curatorial Program à Brooklyn, New York, et à la Prince’s School of Traditional Art, Londres, Angleterre.

  • cheyanne turions

    2019/20

    cheyanne turions est conservatrice aux galeries SFU à Vancouver et siège au conseil d’administration du 221A. Elle a précédemment occupé des postes à l’Art Metropole, à la SBC galerie d’art contemporain et à la Vancouver Art Gallery.

    Son travail positionne les expositions et la critique comme des gestes sociaux, où elle répond aux pratiques artistiques en liant esthétique et politique par le discours. Ses projets récents incluent I continue to shape au Art Museum de l’Université de Toronto et la résidence de recherche No Person’s Land avec DAM Projects à Londres, au Royaume-Uni. Depuis 2008, elle est co-directrice de No Reading After the Internet, une série de salons visant à comprendre l’acte de lire à haute voix comme sa propre forme médiatique.

    Elle est titulaire d’un baccalauréat en philosophie de l’Université de la Colombie-Britannique et d’une maîtrise en études visuelles de la faculté d’architecture, de paysage et de design John H. Daniels de l’Université de Toronto.

  • Sandra Meigs

    2019/20

    Sandra Meigs se consacre à la peinture et aux possibilités d’enchantement que la peinture présente à travers la couleur, la forme et l’imagination. Elle croit que l’authenticité même de l’expérience d’une personne offre la preuve que ce qui est imaginé en regardant un tableau est aussi réel que tout ce que l’on expérimente dans le monde. Elle a également entrelacé la sculpture, le film, le son et d’autres médias dans ses œuvres.

    Elle est professeure émérite à l’Université de Victoria, où elle a enseigné la peinture, le dessin et les médias intégrés. Les expositions récentes incluent Room for Mystics, au Musée des beaux-arts de l’Ontario, The Glass Ticker, Susan Hobbs Gallery, Toronto, et Entangled : Two Views on Contemporary Painting ; à la Vancouver Art Gallery. Meigs a remporté le Prix du Gouverneur général en arts visuels et médiatiques et le prix Gershon Iskowitz à l’AGO en 2015. Elle réside à Hamilton, en Ontario.

  • David Balzer

    2019/20

    David Balzer est l’auteur de deux livres, Curationism : How Curating Took Over the Art World and Everything Else, lauréat du prix du livre de l’année 2015 de l’ICA Londres, et de la collection de courtes fictions Contrivances.

    Il a écrit sur l’art et la culture pour The Globe and Mail, The Guardian, Frieze, Artforum, The Believer et d’autres. De 2016 à 2019, il a été rédacteur en chef et coéditeur de Canadian Art.

  • Naomi Potter

    2017/18

    Naomi Potter est la directrice/conservatrice de la Fondation Esker à Calgary.

    De 2009 à 2011, elle a été conservatrice de la Walter Phillips Gallery au Banff Centre où elle a produit des projets solo et des expositions avec de nombreux artistes, dont Anthony Burnham, Geoffrey Farmer, Melanie Gilligan, Brian Jungen, Ragnar Kjartansson, Silke Otto-Knapp et Ron Terada. . Plus récemment, elle a travaillé au développement de projets à la Fondation Esker avec Peter von Tiesenhausen, Cedric Bomford, Cynthia Girard, Mia Feuer, Colleen Heslin, Etienne Zack et Jasmina Cibic pour n’en nommer que quelques-uns.

    En 2003, Potter a obtenu une résidence d’artiste Deutsche Akademische Austauschdienst (DAAD) d’un an à Istanbul et, de 2003 à 2007, il a été codirecteur du programme international de résidence d’artiste au CESTA en République tchèque. En 2015, elle a été invitée aux programmes de visites de conservateurs internationaux de l’Australian Arts Council et du British Council, et membre du jury du Sobey Art Award (2016) et du RBC Canadian Painting Competition (2014).

    Potter est titulaire d’un baccalauréat en beaux-arts de l’Université de la Colombie-Britannique, à Vancouver, et d’une maîtrise en sculpture de l’Université Concordia, à Montréal.

  • Denis Longchamps

    2017/18

    Le Dr Denis Longchamps est directeur artistique et conservateur en chef de la Art Gallery of Burlington depuis mai 2013.

    De 2006 à 2012, M. Longchamps a été administrateur de l’Institut d’études en art canadien Gail et Stephen A. Jarislowsky de l’Université Concordia. Puis, de 2012 à 2013, il a été directeur des expositions et des publications à The Rooms Provincial Art Gallery, à St. John’s, Terre-Neuve.

    Il a obtenu son doctorat en histoire de l’art en 2009 et a été chercheur au Yale Center for British Art en 2010.

    Le Dr Longchamps rédige régulièrement des essais, des articles et des critiques pour des magazines et des revues telles que Espace-Sculpture, Ceramics month, Ceramics Art and Perception et la revue The Picturesque Society. De plus, il a organisé plus de 45 expositions et participe actuellement à un projet de recherche international, Naked Craft, dont l’exposition a fait une tournée au Canada et en Écosse.

    Le Dr Longchamps a été éditeur et rédacteur en chef des Cahiers métiers d’art : Craft Journal.

  • David Garneau

    2017/18

    David Garneau (Métis) est professeur agrégé d’arts visuels à l’Université de Regina. Sa pratique comprend la peinture, le dessin, l’art de la performance, la vidéo, la conservation et l’écriture critique.

    Il a récemment co-organisé (avec Michelle LaVallee) Moving Forward, Never Forgetting, une exposition sur l’héritage des pensionnats indiens, d’autres formes d’assimilation agressive et la (ré)conciliation, à la Mackenzie Art Gallery à Regina. Et (avec Tess Allas) With Secrecy and Despatch, une exposition internationale sur les massacres d’Autochtones et leur commémoration, pour le Campbelltown Art Centre, Sydney, Australie.

    Garneau a donné des conférences en Australie, aux États-Unis et partout au Canada. Il travaille actuellement sur des projets de conservation à Sydney, New York et en Afrique du Sud ; fait partie d’un projet de recherche curatorial de cinq ans financé par le CRSH, “Creative Conciliation” ; et travaille sur deux projets d’art public à Edmonton.

    Ses peintures figurent dans de nombreuses collections publiques et privées.

  • Ian Thomas

    2015/16

    Ian Thomas est un membre de longue date de la communauté artistique de Salt Spring Island. Formé en Angleterre et titulaire d’une maîtrise ès arts en éducation artistique de l’Université de la Colombie-Britannique, il a ensuite enseigné à l’Université de la Colombie-Britannique et au Camosun College à Victoria.

    Dans son propre travail, Thomas a utilisé la peinture, le dessin, la photographie, la gravure, l’installation, les mots et la performance. Son installation Swallows Meadows a fait le tour de la Colombie-Britannique dans les années 1990, un projet qui s’est poursuivi à travers deux autres expositions présentées à la Point Gallery en 2008 et 2009. Le travail actuel de Thomas porte sur les sciences humaines ‘ place dans le paysage, mais reflète aussi son souci permanent de la mémoire et de la fragilité de la condition humaine.

    Respecté en tant que juré à Salt Spring Island pour l’intégrité de ses opinions et la perspicacité qu’il apporte à toute discussion sur le visuel, Ian a été jury pour le Conseil régional des arts et pour les services culturels de la Colombie-Britannique avec Gordon Smith. Il est représenté sur l’île par la Pod Contemporary Gallery.

  • Vicky Chainey Gagnon

    2015/16

    Vicky Chainey Gagnon est une conservatrice d’art contemporain actuellement basée à St John’s, Terre-Neuve-et-Labrador, où elle occupe le poste de directrice/conservatrice en chef de The Rooms, Provincial Art Gallery Division.

    Elle est diplômée du programme de baccalauréat en beaux-arts en histoire de l’art et études cinématographiques de l’Université Concordia et du programme de maîtrise ès arts en études interdisciplinaires de l’Université York. En tant que commissaire, Chainey Gagnon a initié des expositions d’art contemporain et des projections de films à Montréal, Toronto, Winnipeg et Québec.

    Elle a été membre du jury de concours artistiques provinciaux et nationaux et a également siégé à des comités de sélection pour les collections du Musée national des beaux-arts du Québec et de la Galerie d’art Leonard et Bina Ellen de l’Université Concordia. En mai 2014, Chainey Gagnon a organisé la biennale internationale de Québec, Resistance : And Then, We Built New Forms.

  • Holger Kalberg

    2015/16

    Holger Kalberg est un artiste de Winnipeg qui enseigne actuellement à l’Université du Manitoba. Né en Allemagne, il a d’abord étudié la littérature anglaise avant de venir au Canada pour étudier les beaux-arts à l’Alberta College of Art puis à l’Université Emily Carr, où il a obtenu son diplôme en 2001. En 2007, Kalberg a obtenu sa maîtrise en beaux-arts du Chelsea College. of Art à Londres, en Angleterre. Présélectionné pour le concours de peinture RBC en 2002, 2004 et 2005, il a fait partie du jury de ce même concours en 2013.

    Représentée au Canada par la Monte Clark Gallery à Vancouver et à Toronto, Kalberg a eu des expositions personnelles à l’étranger à Londres, Genève et Duisburg, en Allemagne. Son travail utilisait à l’origine des images basées sur l’architecture pour explorer la relation entre la photo et la peinture. Il utilise maintenant des sources autodidactes pour explorer et critiquer l’héritage du haut modernisme, l’objet d’art en tant que marchandise et la création d’images à l’ère numérique à travers la sculpture, la peinture et les œuvres sur papier. Sa plus récente exposition était The Family à la Monte Clark Gallery de Vancouver en août 2014.