Corrie Peters en français

La gagnante du SSNAP 2015,
Corrie Peters,
où en est-elle aujourd’hui?

J’ai été chaleureusement accueillie et soutenue lors de mon séjour à Salt Spring comme artiste en résidence, mais j’ai pu aussi me retirer dans la solitude. La communauté de l’île dans son ensemble a été une source d’encouragement dans ma pratique artistique, grâce à l’intérêt continu et attentif de ses membres pour mon travail. C’était formidable de me sentir accueillie au sein de cette communauté faisant preuve d’un enthousiasme équilibré par une forte sensibilité au processus créatif et aux réalités du temps à l’intérieur même de ce processus. Tout cela s’est déroulé sur fond de printemps naissant sur l’île, et cet environnement a pu m’offrir l’espace mental et physique pour développer mon travail, ce que je n’avais pas été en mesure de faire chez moi.

En fait, l’attrait de l’île et de l’océan pendant ma résidence a été si fort que ma famille et moi-même avons récemment quitté le territoire du Traité no 1 à Winnipeg pour nous établir sur un territoire non cédé des Salish du littoral, à Victoria, C.-B. Je me préoccupe actuellement de comprendre les façons, à la fois implicites et explicites, dont nous catégorisons l’utilité et ses implications dans la manière dont nous voyons les gens, nous comprenons nous-mêmes et développons des systèmes sociaux. Mon œuvre actuelle réside dans l’acte d’apprendre, de reconnaître et d’agir sur ce principe, souvent dans le cadre de la relation parent-enfant. Je documente cela par le lent processus de démontage d’une couverture de laine fabriquée en usine et l’utilisation de la laine fragile ainsi récupérée pour tricoter un nouvel objet.